Algodystrophie

Généralités

L’algodystrophie est une maladie chronique caractérisée par une douleur intense, continue et extrêmement débilitante dans un membre supérieur ou inférieur.

Les causes précises de l’algodystrophie restent un point d’interrogation. Selon certains médecins, à l’origine de l’affection en question, il y a un dysfonctionnement simultané de plusieurs systèmes du corps humain, dont le système nerveux, le système immunitaire et le système circulatoire.

Habituellement, l’apparition d’une algodystrophie est précédée de fractures, de coupures, de brûlures ou de graves distorsions ou distractions articulaires.

En plus de la douleur, l’algodystrophie peut être responsable de : changements dans l’apparence de la peau, changements dans les cheveux ou les ongles, sensations étranges dans le membre affecté, tremblements, raideur articulaire, gonflement des articulations, etc.

Dans les cas les plus graves, l’algodystrophie peut sérieusement compromettre la qualité de vie.

Actuellement, il n’existe pas de traitement spécifique pour l’algodystrophie, mais seulement une série de traitements symptomatiques.

Qu’est-ce que l’algodystrophie ?

L’algodystrophie, moins connue sous le nom de syndrome de douleur régionale complexe, est une affection chronique caractérisée par la présence d’une douleur extrême dans un membre ou dans des parties d’un membre supérieur ou inférieur.

Les bras, les jambes, les mains et les pieds sont les régions anatomiques du corps humain les plus touchées par l’algodystrophie.

Causes

Actuellement, malgré de nombreuses études sur le sujet, les causes précises de l’algodystrophie restent un mystère. Selon l’hypothèse de certains experts, cette condition découlerait du dysfonctionnement simultané de plusieurs systèmes du corps humain, dont notamment

    • Le système nerveux central → comprendencefalo et la moelle épinière;
    • Le le système nerveux périphérique → est l’ensemble des nerfs et des cellules nerveuses qui ne constituent pas le cerveau et la moelle épinière ;
    • Le système immunitaire → est l’ensemble des organes et des cellules conçus pour défendre l’organisme contre les virus, les bactéries, les champignons et d’autres menaces (par exemple, les cellules cancéreuses devenues folles) ;
    • Le système de circulation sanguine → est le complexe d’artères et de veines qui transporte le sang dans le corps humain.

L’idée pour laquelle ces systèmes seraient impliqués vient de l’observation que, chez les sujets atteints d’algodystrophie, les fonctions mêmes contrôlées par ces systèmes sont altérées. Par exemple, parmi les fonctions altérées se trouvent la transmission et la perception de la sensation douloureuse, qui est sous le contrôle attentif des systèmes nerveux central et périphérique.

 

DES FACTEURS FAVORABLES

 

En étudiant les causes de l’algodystrophie, les pathologistes ont découvert que – très souvent (plus de 90% des cas) – l’affection est associée à des blessures telles que : fractures osseuses, brûlures/brûlures, coupures et distorsions/distractions articulaires.

LES FORMES D’ALGODYSTROPHIE

Certains experts soutiennent l’existence de deux formes d’algodystrophie : l’algodystrophieI (ou syndrome de douleur régionale complexe I) et l’algodystrophie II (ou syndrome de douleur régionale complexe II).

Selon les tenants de la thèse ci-dessus, le paramètre qui distingue les deux formes d’algodystrophie est la dépendance du système nerveux à une lésion antérieure.

Plus précisément, tous les épisodes d’algodystrophie précédés par une lésion du système nerveux sont des formes d’algodystrophie II, tandis que tous les épisodes d’algodystrophie qui n’ont pas été précédés par une lésion du système nerveux sont des formes d’algodystrophie I.

LA GÉNÉTIQUE A-T-ELLE UNE INFLUENCE ?

Dans le passé, certains médecins avaient suggéré que des facteurs génétiques influençaient également l’apparition de l’algodystrophie.

Cependant, les chercheurs qui ont travaillé dur pour prouver cette hypothèse dans les années suivantes ont échoué, ne trouvant aucun lien entre l’algodystrophie et la génétique.

EST-CE UN ÉTAT PSYCHOLOGIQUE ?

Toujours dans le passé, certains pathologistes considéraient l’algodystrophie et la douleur qu’elle engendrait comme un trouble psychologique.

Aujourd’hui, cette théorie n’est plus prise en compte.

Symptômes, signes et complications

 

Le principal symptôme de l’algodystrophie est une douleur dans un membre ou une partie de celui-ci.

La douleur induite par l’algodystrophie est souvent une sensation intense, persistante et débilitante ; de nombreux patients la décrivent également comme une sensation de brûlure ou de picotement.

La sensation douloureuse peut durer plusieurs jours ou semaines ; elle peut soudainement disparaître et réapparaître avec la même imprévisibilité.

Pour décrire la douleur de l’algodystrophie, les médecins utilisent souvent les termes allodynia e hyperalgésie.

En médecine, ces deux termes indiquent des réponses exagérées à des stimuli qui provoquent la douleur. Plus précisément, on parle d’allodynie lorsqu’un individu ressent une douleur même après des stimuli légers qui, dans des conditions normales et saines, seraient tout à fait inoffensifs.

Le mot hyperalgésie est plutôt utilisé pour désigner toutes les situations dans lesquelles il y a une hypersensibilité à des stimuli douloureux.

AUTRES SYMPTÔMES

En plus de la douleur chronique, l’algodystrophie peut causer :

    • L’étrange sensation que le membre ou la partie du membre qui est douloureux n’appartient pas au reste du corps ;
    • L’étrange sensation que le membre douloureux (ou une partie de celui-ci) semble plus grand ou plus petit que le membre contralatéral non douloureux ;
    • Altération de l’aspect de la peau, où le patient se plaint de douleurs. La région douloureuse peut devenir rouge, chaude et sèche ou froide, devenir bleue et transpirer ;
    • Altérations des cheveux et des ongles (ongles des membres affectés). Les cheveux et les ongles peuvent pousser plus lentement ou plus rapidement que la normale ;
    • Raideur et gonflement des articulations. Les articulations touchées sont celles qui appartiennent au membre affecté ;
    • Tremblements et spasmes musculaires(dystonie) ;
    • Difficulté à déplacer le membre douloureux ;
    • L’insomnie;
    • Fragilité osseuse(ostéoporose) dans le membre douloureux.

LES COMPLICATIONS PHYSIQUES

Dans de rares cas, l’algodystrophie peut entraîner des complications physiques telles que : infections cutanées, ulcères cutanés, atrophie musculaire et contractures musculaires.

Les victimes de ces complications ont beaucoup de mal à se déplacer et à mener une vie normale.

LES COMPLICATIONS PSYCHOLOGIQUES

Chez les personnes atteintes d’algodystrophie, la présence d’une douleur chronique, continue et sévère est souvent responsable de problèmes psychologiques, notamment dépression e anxiété.

Dans les cas où la sensation de douleur est extrême, les problèmes psychologiques peuvent être d’une telle ampleur que le patient peut faire une tentative de suicide.

QUAND ALLER CHEZ LE MÉDECIN ?

Une raison valable de s’inquiéter et pour laquelle il est conseillé de consulter votre médecin est la présence de douleurs persistantes, qui vous empêchent d’effectuer les activités quotidiennes les plus simples.

Diagnostic

Le diagnostic de l’algodystrophie est loin d’être facile. Il y a au moins trois raisons pour lesquelles il est difficile de détecter l’état en question :

    • Il manque un test de diagnostic spécifique ;
    • La symptomatologie est très similaire à celle d’autres états pathologiques ;
    • Les causes ne sont pas claires ; par conséquent, les médecins ne savent pas quelle est l’anomalie physiologique à trouver.

La procédure de diagnostic la plus courante, à laquelle sont soumis les patients suspectés d’algodystrophie, est la suivante :

    • Un examen attentif et objectif anamnesispour évaluer en profondeur le tableau symptomatologique.La douleur continue et persistante est un symptôme dont la présence est fondamentale, mais elle n’est pas la seule manifestation clinique importante de l’algodystrophie.
    • Tests sanguinsL’objectif est d’exclure catégoriquement que la symptomatologie dépende d’une maladie infectieuse quelconque ;
    • A l’imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM), afin d’exclure la symptomatologie en fonction de la présence de problèmes osseux ou de tissus mous ;
    • Un examen de la x-raypour exclure que les symptômes soient dus à des problèmes articulaires ou osseux ;
    • Études sur la conduction nerveuse pour exclure la symptomatologie résultant de l’endommagement d’un ou de plusieurs nerfs

 

L’utilisation de tests de diagnostic pour exclure d’éventuelles conditions sous-jacentes (par exemple : des tests sanguins pour exclure la présence d’infections) est une méthode particulière d’investigation, qui est spécifiquement appelée diagnostic différentiel.

Pour diagnostiquer une condition telle que l’algodystrophie, procéder par exclusion est probablement la stratégie la plus adoptée et la plus efficace.

Thérapie

 

Actuellement, l’algodystrophie est une maladie pour laquelle il n’existe pas de traitement spécifique, mais uniquement des traitements visant à en atténuer les symptômes(thérapie symptomatique).

Par traitement spécifique, les médecins entendent une thérapie capable d’agir spécifiquement sur l’état actuel et ses causes, conduisant le patient à la guérison.

La thérapie symptomatique de l’algodystrophie comprend principalement des traitements de nature physique (physiothérapie), pharmacologique et psychologique (psychothérapie).

LA THÉRAPIE PHYSIQUE (OU PHYSIOTHÉRAPIE)

 

Dans le cas de l’algodystrophie, la physiothérapie consiste en un programme d’exercices de réadaptation physiothérapeutique visant à améliorer la circulation sanguine, la motilité des articulations et l’élasticité et la force musculaire dans le membre douloureux.

L’objectif de la thérapie physique est de permettre au patient d’effectuer des activités quotidiennes normales sans ressentir de douleur.

Pour que la thérapie physique soit vraiment efficace, les médecins recommandent au patient de faire appel à un expert en physiothérapie dans le domaine de l’algodystrophie.

LA THÉRAPIE PHARMACOLOGIQUE

 

Parmi les médicaments que les médecins prescrivent en cas d’algodystrophie, on trouve

    • Anti-inflammatoires non stéroïdienségalement connu sous le nom de AINS. Ce sont des médicaments qui, en agissant contre l’inflammation, réduisent la douleur. Les exemples de FANS sont l’aspirine, l’ibuprofène et le naproxène;
    • Corticostéroïdes. Ce sont de puissants anti-inflammatoires, dont l’utilisation prolongée peut avoir de graves effets secondaires (par exemple, l’ostéoporose, le diabète, la cataracte ou l’obésité). Les corticostéroïdes courants prescrits en cas d’algodystrophie sont la prednisolone et la méthylprednisolone;
    • Anticonvulsivants. Ces médicaments sont spécifiquement indiqués pour le traitement de l’épilepsie.Les anticonvulsivants les plus couramment administrés en cas d’algodystrophie sont gabapentina et la prednisolone ;
    • Antidépresseurs tricycliques. Ces médicaments sont spécifiquement indiqués pour le traitement de la dépression.En cas d’algodystrophie, l’amitriptyline et la nortriptyline semblent avoir un effet ;
    • Opioïdes comme l’oxycontin, la morphine, l’hydrocodone ou le fentanyl. Ce sont de puissants analgésiques. Leur utilisation prolongée ou imprudente a plusieurs effets secondaires, notamment : nausées, vomissements, constipation, sécheresse de la bouche, fatigue, problèmes cognitifs, dépression, aménorrhée chez les femmes et dysfonctionnement érectile chez les hommes ;
    • Antagonistes des récepteurs NMDA (N-Méthyl-D-Aspartate), tels que le dextrométhorphane ou la kétamine ;
    • Anesthésiques locaux sous forme de crèmes, contenant de la lidocaïne.

 

LA THÉRAPIE PSYCHOLOGIQUE

 

Les médecins recommandent une thérapie psychologique (ou psychothérapie) à tous ceux qui, à la suite d’une algodystrophie, ont développé des problèmes psychologiques, notamment la dépression, l’anxiété, le stress post-traumatique, etc.

Un type de psychothérapie très populaire parmi les patients atteints d’algodystrophie et de problèmes psychologiques est la la thérapie cognitivo-comportementale.

AUTRES TRAITEMENTS

 

Les formes les moins courantes de traitement symptomatique de l’algodystrophie sont

    • Le bloc du nerf sympathique (ou bloc du système nerveux sympathique). Il s’agit de l’injection, près de la moelle épinière, d’un anesthésique capable de bloquer l’activité d’un ou plusieurs nerfs du système nerveux sympathique.Dans le but de réduire l’intensité de la sensation douloureuse, le blocage du nerf sympathique produit des effets analgésiques temporaires. À long terme, elle n’est pas efficace.
    • Sympatectomie. Il s’agit de l’ablation chirurgicale d’une ou plusieurs structures constituant le système nerveux sympathique. En théorie, son exécution devrait entraîner une réduction de l’intensité de la douleur ; en réalité, elle est utile pour certains patients, tandis que pour d’autres, elle est contre-productive.
    • La stimulation de la moelle épinière. Elle consiste à installer des stimulateurs d’électrodes sur la colonne vertébrale, à l’extrême proximité de la moelle épinière, et à utiliser un dispositif capable d’activer ces électrodes.En activant les électrodes sur la colonne vertébrale, la stimulation de la moelle épinière devrait modifier la sensation douloureuse, la rendant moins intense.
    • Les pompes dites intrathécales. Il s’agit de dispositifs médicaux utilisés pour administrer de petites quantités de médicaments analgésiques ou anesthésiques dans le LCR.Le but des pompes intrathécales est de réduire l’intensité de la sensation douloureuse.

 

QUELQUES CONSEILS SUR LA MANIÈRE DE CONTRÔLER L’ALGODYSTROPHIE

 

Selon les médecins, il serait approprié de mieux contrôler l’algodystrophie :

    • Informez-vous sur les caractéristiques de l’affection afin de mieux la comprendre ;
    • Restez actif avec le membre douloureux ; évitez l’immobilité ;
    • Apprenez quelques techniques de contrôle de la douleur ;
    • Apprenez quelques techniques de relaxation pour améliorer la qualité de vie ;
    • Essayez aussi les traitements de physiothérapie à domicile. Les exécuter uniquement dans des centres spécialisés présente des avantages limités ;
    • Participer à des groupes de soutien pour les personnes atteintes d’algodystrophie ou de troubles similaires.

 

Pronostic

 

Le pronostic en cas d’algodystrophie varie d’un patient à l’autre.

Certains patients réagissent positivement au traitement, tandis que d’autres y réagissent mal ou pas du tout.

Selon certaines études, si les traitements commencent lorsque l’algodystrophie est à ses débuts, le pronostic est meilleur.

La communauté scientifique s’accorde à dire que seule la découverte des déclencheurs précis permettra aux médecins d’identifier un traitement spécifique pour l’algodystrophie.

 

 

What's your reaction?

Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *