Le vin accompagne souvent les repas copieux. Pour des événements exceptionnels, il est souvent au rendez-vous. Aussi, si votre budget vous le permet, vous pouvez vous permettre de prendre du vin après chaque repas. D’ailleurs, la boisson est réputée pour faciliter la digestion des aliments. Notez à cet effet que certains aliments ont une forte teneur en purine. Cette dernière est responsable de la production de l’acide urique, qui à son tour provoque la goutte. Face à cela, il importe de se demander si le vin a un impact sur l’acide urique. Voici des éléments de réponse ici !

D’où vient l’acide urique ?

L’acide urique est un déchet produit par la digestion de certains aliments. Ces derniers ont pour la plupart, une très forte teneur en purine. Il s’agit notamment de :

  • la viande,
  • les fruits de mer,
  • les poissons bleus,
  • les asperges,
  • les épinards,
  • les fromages.

Les reins fonctionnels d’un individu sain sont normalement assez pour le débarrasser des excrétions d’acide urique. Le rôle des reins serait de les filtrer pour qu’elles finissent dans l’urine. Cependant, il peut arriver dans certains cas de défaillance rénale que ce produit ne soit pas bien filtré. Si le taux d’acide urique augmente dans le sang, on parle d’hyperuricémie. Cette réaction a pour conséquence de former des cristaux d’acide urique pouvant s’accumuler dans les articulations. Cette substance est responsable des crises de goutte.

L’hyper uricémie peut également être le fait d’une maladie héréditaire ou la conséquence de la prise de certains médicaments. Il peut aussi résulter d’un jeûne prolongé, d’un diabète, de certains cancers, d’une hémopathie, mais aussi d’une leucémie.

Le rôle du vin sur l’augmentation de la concentration d’acide urique dans le corps

Pendant longtemps, on a pensé que le vin réduisait le taux d’acide urique dans le corps. Cependant, des études récentes ont montré que les produits contenant de l’alcool participent plutôt à l’augmentation du taux d’acide urique. Le fait de boire du vin, que ce soit du Rhône ou du bordeaux, n’est donc pas sans conséquence sur votre taux d’urique. En effet, le vin est un facteur déclencheur. Ainsi, boire un vin fort en alcool peut avoir pour conséquence d’augmenter votre taux d’uricémie. Lorsque vous êtes atteint de goutte, les médecins ont tendance à vous déconseiller fortement la prise de cette boisson. Que ce soit du whisky ou du champagne mieux vaut l’éviter. À la limite, vous pouvez vous contenter d’un verre de vin par jour à défaut de vous en abstenir. Si vous en avez la possibilité, optez pour un vin sans alcool.

Porter son choix sur du vin sans alcool.

Si vous aimez le vin au point de ne pas pouvoir arrêter d’en prendre, optez pour du vin sans alcool. Malgré son appellation, ce type de vin n’est pas en réalité sans alcool. Il contient une faible teneur en alcool. L’appellation vin sans alcool est une tolérance de l’Union Européenne. Les vins avec une teneur en alcool inférieur à 7% peuvent être appelés ainsi conformément à la législation européenne.

Ce genre de vin est obtenu après un procédé de désalcoolisation. Ce procédé conduit à la séparation d’une grande partie de l’alcool contenu dans le vin. Ainsi, les vins sans alcool contiennent un degré d’alcool égal à 0,3.

De plus en plus de gens sont séduits par ce type de vin. Sa fabrication n’est pas récente. Les Allemands en fabriquent depuis 1908. Le goût du vin sans alcool reste approximativement le même que du vin alcoolisé. Voici quelques marques conseillées de vins sans alcool. Votre choix peut porter sur la Côte de Vincent, l’Artigny, l’Emoustillant, l’e Petit Béret, le Pierre Zéro ou du St. Regis. Cependant, si vous ne vous pensez pas capable de migrer vers le vin sans alcool, vous pouvez essayer de modérer votre consommation.

Essayer de boire du vin avec modération : une solution contre l’augmentation du taux acide urique.

Tout excès est nuisible ! Il est vrai qu’il n’est pas facile d’arrêter, du jour au lendemain, à boire du vin. Cependant, vous pouvez réduire votre consommation. Boire du vin, ne serait-ce que deux tasses par jour, peut avoir des répercussions sur la hausse de votre taux d’acide urique.

Pour limiter les risques de goutte, il est recommandé de ne pas boire plus d’un verre de vin. Vous pouvez aussi vous fixer une fréquence de consommation de vin. Cela risque aussi d’être très difficile dans un premier temps, mais avec des efforts, vous pouvez aller jusqu’à deux prises par semaine. Dites-vous que vous le faites pour votre propre bien. D’ailleurs, dans toutes choses mieux vaut y aller avec beaucoup de modération. Lorsque vous traversez une crise de goutte, évitez toute prise d’alcool.

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Joyeux
0
In Love
0
Pas sur
0
Silly
0

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *