La spondylarthrite ankylosante est une maladie auto-immune rare qui comprend une inflammation de la colonne vertébrale et des articulations sacro-iliaques. Les articulations sacro-iliaques sont situées à la base de la colonne vertébrale, là où le bas du dos est relié au pelvis. Les athlètes généralement touchés sont de jeunes hommes (15-30 ans) avec des douleurs lombaires régulières et une raideur (plus de trois mois) qui est souvent pire le matin, dure plus de 30 minutes et s’améliore avec l’activité.

Bien que la cause exacte de la spondylarthrite ankylosante soit inconnue, il existe un risque accru chez les personnes qui possèdent un gène qui produit une protéine appelée HLA-B27. Comme elle est principalement causée par la génétique, le fait d’avoir un membre de la famille atteint de spondylarthrite ankylosante est un facteur de risque. La majorité des cas sont bénins ; cependant, la spondylarthrite ankylosante est incurable et peut devenir invalidante. Dans les cas les plus avancés, l’inflammation déclenche une croissance osseuse supplémentaire, qui peut limiter les mouvements du dos.

Symptômes

  • Douleurs et raideurs lombaires (aggravées au repos, améliorées avec l’activité)
  • Diminution de la flexibilité du dos
  • Autres douleurs articulaires, comme dans le genou
  • Inflammation aux endroits où les tendons ou les ligaments rencontrent l’os (enthésite)
  • Inflammation des yeux (iritis/uvéite)
  • Inflammation des intestins ou du tractus gastro-intestinal
  • Éruption cutanée comme le psoriasis
  • Complications cardiaques (rares)

Évaluation et traitement de la médecine sportive

Sans une évaluation appropriée, la spondylarthrite ankylosante peut sembler être une blessure liée au sport au premier abord pour les personnes concernées. Le médecin du sport peut vous demander d’établir l’historique de vos symptômes et vous faire remplir un questionnaire. Il vous demandera de plier votre cou et votre dos pour vérifier l’amplitude de vos mouvements. Le médecin devra examiner la peau de ton cou, de ton dos et de ta hanche. Il ou elle appuiera sur différentes zones pour vérifier si vous avez mal. Le médecin peut ordonner des radiographies pour rechercher des changements dans les os ou les articulations du dos et du bassin. Parfois, le médecin ordonnera une IRM. Il s’agit d’un appareil d’imagerie avancé qui peut montrer les signes d’inflammation plus tôt dans la maladie, ainsi qu’écarter d’autres blessures. Il peut vous être demandé de faire une analyse de sang pour vérifier la présence de marqueurs d’inflammation et/ou de HLA-B27.

Les enfants et les adultes peuvent recevoir des traitements différents. Les options de traitement possibles sont les suivantes :

  • L’éducation des patients
  • Thérapie physique et exercice physique
  • Les médicaments anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène ou le naproxène
  • Les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (TNF) tels que l’infliximab et l’étanercept
  • Orientation vers un rhumatologue
  • La chirurgie n’est pas courante mais elle est recommandée en cas de lésions articulaires importantes provoquant des douleurs sévères ne répondant pas aux thérapies ci-dessus

Prévention des blessures

Bien qu’il n’existe actuellement aucun moyen d’éviter la spondylarthrite ankylosante, une reconnaissance, un diagnostic et un traitement précoces sont très importants pour éviter que l’inflammation ne cause des problèmes à long terme. La réduction de l’inflammation diminue la gravité des symptômes, évite la formation d’os supplémentaire et améliore finalement les performances sportives.

Retour à l’activité sportive

Des symptômes tels que la douleur et la raideur peuvent limiter la participation sportive, mais l’exercice doit quand même être encouragé. De nombreux athlètes constatent une amélioration significative dans la semaine qui suit le traitement. À mesure que les symptômes s’améliorent, les athlètes peuvent reprendre le jeu tel qu’il est toléré.

Sports pour les adolescents atteints de spondylarthrite

Les patients atteints de spondylarthrite peuvent faire du sport et être actifs

Pour beaucoup d’adolescents, le sport occupe une place importante dans la vie. Ce n’est pas parce que vous êtes un adolescent atteint de spondylarthrite ankylosante ou d’une autre forme de spondylarthrite que vous devez rester sur la touche.

Si vous êtes un adolescent atteint de spondylarthrite, ne laissez pas les douleurs dorsales vous empêcher de faire du sport. En fait, l’exercice physique est un élément clé de tout programme de traitement de la spondylarthrite. En plus de travailler la posture et de prendre les médicaments prescrits, les exercices appropriés peuvent aider à réduire la douleur et à améliorer la souplesse.

L’article suivant offre des conseils aux adolescents atteints de spondylarthrite qui souhaitent faire du sport. Mais n’oubliez pas de toujours consulter votre médecin avant de commencer un nouveau sport ou une nouvelle activité physique.

Qu’est-ce que la spondylarthrite ?

La spondylarthrite est le nom utilisé pour décrire un groupe de maladies inflammatoires qui affectent principalement la colonne vertébrale, mais qui peuvent également toucher d’autres articulations et organes. Contrairement à d’autres formes d’arthrite, la spondylarthrite touche souvent des personnes jeunes.

La cause de la spondylarthrite est inconnue, mais certaines recherches suggèrent que des gènes et une infection pourraient être impliqués.

Bien qu’il n’existe pas de remède à la spondylarthrite, les patients peuvent faire beaucoup pour gérer la maladie. L’activité physique est un élément important de la gestion de la spondylarthrite.

En quoi l’exercice physique est-il bon pour ma spondylarthrite ?

Un exercice quotidien régulier peut améliorer la posture, la souplesse et le maintien des mouvements des articulations. Si vous devenez plus souple, vos articulations peuvent mieux fonctionner. De nombreuses personnes déclarent que l’exercice physique contribue également à soulager la douleur.

Si vous ressentez des douleurs et des raideurs articulaires, il se peut que vous n’ayez pas envie de bouger cette articulation. Mais si vous restez inactif, vous risquez de perdre des mouvements articulaires qui peuvent être difficiles à retrouver.

Quels sports puis-je faire pendant que je vis avec la spondylarthrite ?

Certains sports sont plus faciles pour la colonne vertébrale que d’autres. Le tennis, le racquetball ou le jogging peuvent provoquer des secousses et augmenter les douleurs de la colonne vertébrale. La natation, en revanche, offre un peu plus de soutien à la colonne vertébrale. L’eau soutient votre colonne vertébrale et vos membres et vous permet de vous déplacer avec moins d’efforts. Parmi les autres activités nautiques, on peut citer le water-polo et l’aquagym.

La marche est une autre activité que les patients atteints de spondylarthrite déclarent pouvoir tolérer. Il est toutefois important d’avoir de bonnes chaussures qui absorbent le choc ou l’impact pendant la marche.

Le vélo peut également être une bonne activité, mais seulement si vous prenez les bonnes précautions. Vous devez utiliser un vélo avec un guidon droit qui maintient votre dos droit. Les barres de maintien font plier votre dos en avant et courbent votre colonne vertébrale. Vous devez également faire attention lorsque vous montez des collines, car l’effort supplémentaire pourrait mettre plus de pression sur vos genoux.

Comment savoir si j’en ai fait trop ?

Faites attention à vos symptômes. Si la douleur et la raideur peuvent varier en fonction de l’activité de votre maladie, l’exercice peut également aggraver les symptômes.

Si vos symptômes durent plus de deux heures après l’exercice ou l’activité, c’est que vous en avez peut-être trop fait. Et si vous en avez trop fait, vous ne voudrez peut-être plus faire d’exercice dans un avenir proche. Programmez votre temps d’exercice de manière à être aussi actif que possible sans en faire trop.

Selon James Crowell, propriétaire et entraîneur en chef de Integrated Fitness à Pittsburgh, “il est crucial de savoir si votre dos est fatigué, endolori ou blessé. Je conseille toujours à mes athlètes de faire attention à ce qu’ils ressentent. En général, s’ils me disent qu’ils ont juste un peu mal, je leur fais faire des exercices d’étirement et d’échauffement et je réévalue leur état. Si leur dos s’est relâché, je les laisse faire un entraînement “gradué”, au cours duquel ils font tomber leur poids et font des mouvements qui pourraient enflammer leur dos. S’ils vont mieux dans les jours qui suivent, ils sont généralement prêts à partir”

“S’ils ne vont pas mieux et que cela les tourmente, alors je les retire complètement de l’entraînement et je leur fais faire des étirements/roulements/voir un chiropracteur et voir s’ils peuvent se calmer en se reposant. Si ça marche, c’est que nous sommes bons. Mais si ça les dérange, alors ils doivent voir un médecin et s’assurer que tout va bien”

M. Crowell a également déclaré qu’il était un grand partisan des exercices visant à renforcer le dos.

” Je crois que le mouvement est une bonne chose pour la plupart des maux de dos”, a-t-il déclaré. “Pas des mouvements agressifs, à fort impact, ou des secousses, mais des mouvements qui permettent au sang de circuler dans toute la zone et de commencer à la guérir”

Parlez avec votre médecin et votre kinésithérapeute pour déterminer la quantité d’exercice qui vous convient le mieux.

Que dois-je faire si je me sens fatigué ?

La fatigue est un symptôme courant chez les personnes atteintes de spondylarthrite. Si vous vous sentez fatigué, la Spondylitis Association of America recommande de se rappeler les 4 P :

  • Établir des priorités : Faites d’abord vos activités les plus importantes.
  • Faites les cent pas : Alternez entre les périodes d’activité et de repos.
  • Planification : Établissez un calendrier hebdomadaire qui fixe un rythme que vous pouvez suivre, consacre du temps à vos priorités et laisse du temps pour le repos.
  • Posture : Une posture correcte vous permet de porter votre poids sur plusieurs groupes de muscles, ce qui vous aide à conserver votre énergie.

Vous pouvez également prévenir la fatigue en adoptant une alimentation saine et en dormant suffisamment chaque nuit.

Que dois-je faire si j’ai mal ?

Avant tout, maintenez un dialogue ouvert avec votre médecin. Dites-lui si vous ressentez plus de douleur que d’habitude.

Ensuite, prenez vos médicaments comme prescrit. Si vos médicaments ne sont pas efficaces, consultez votre médecin dès que possible.

Il est également important de vous reposer, ce qui ne signifie pas nécessairement dormir. Se reposer, c’est se détendre. Prenez donc le temps de vous détendre. Mais n’en faites pas trop, car trop de repos peut entraîner des raideurs.

Étirez-vous aussi souvent que vous en avez besoin. Les étirements peuvent aider vos articulations, vos muscles et d’autres tissus à rester souples.

Nos derniers conseils

L’exercice est bon pour tout le monde. Il peut nous rendre plus forts, plus souples et plus aptes à gérer les hauts et les bas de la vie. C’est également vrai pour les personnes souffrant d’arthrite, et plus particulièrement pour celles atteintes de spondylarthrite ankylosante, une forme d’arthrite qui affecte principalement la colonne vertébrale et peut entraîner des douleurs et des raideurs chroniques.

En fait, selon la Spondylitis Association of America, l’exercice physique est un élément plus important de l’équation du traitement de la spondylarthrite, y compris la spondylarthrite ankylosante, que pour tout autre type d’arthrite. L’exercice est crucial pour maintenir le mouvement et la fonction des articulations. Il peut aider à soulager la douleur, à améliorer la posture, à lutter contre les déséquilibres musculaires, à faciliter la respiration et à améliorer la qualité de vie en général.

Il existe de nombreuses options d’exercices efficaces, vous n’avez donc pas à vous ennuyer avec votre programme d’entraînement. “Tant que cela ne vous fait pas vous sentir plus mal, tout exercice est bon”, dit A. N. Shamie, MDun professeur et le chef de la chirurgie orthopédique de la colonne vertébrale à la faculté de médecine de l’UCLA.

Cependant, il est important de s’assurer que vous faites correctement de l’exercice et que vous êtes prudent, surtout pendant les poussées, pour éviter d’aggraver votre état. Voici quelques conseils généraux sur les choses à faire et à ne pas faire pour faire de l’exercice en cas de spondylarthrite ankylosante :

1. Travaillez avec un kinésithérapeute. Un physiothérapeute qualifié peut vous aider à créer un programme d’exercices qui vous convient et qui est adapté à vos besoins spécifiques. Demandez à votre médecin ou rhumatologue de vous faire une recommandation.

2. Prenez le temps de faire de l’exercice tous les jours. Il est essentiel de trouver du temps chaque jour pour travailler à la construction ou au maintien de la force, de la flexibilité et de la fonction. Réservez un temps régulier pour faire de l’exercice qui vous convient. Par exemple, si vos douleurs et raideurs articulaires s’aggravent le matin, vous voudrez peut-être faire de l’exercice plus tard dans la journée, suggère la National Ankylosing Spondylitis Society. Avec 24 heures dans la journée, si vous faites de l’exercice même pendant 20 minutes, vous en remarquerez les bienfaits et vous aurez encore beaucoup de temps pour d’autres choses.

3. Ne vous en tenez pas à une seule forme d’exercice. Essayez de combiner des exercices d’étirement, de mise au point de la posture, d’amplitude de mouvement, de cardio-vasculaire et de renforcement, en particulier au niveau des hanches Lan BoehmeSelon un physiothérapeute de l’UCLA Health à Los Angeles, si vos hanches sont faibles, votre colonne vertébrale essaiera de compenser, ce qui peut entraîner une mauvaise posture et des douleurs. “Nous ne pouvons pas changer la colonne vertébrale”, dit Boehme, “mais nous pouvons changer la mobilité de ce sur quoi la colonne vertébrale est assise”

4. Ne faites pas de mouvements qui causent de la douleur. Tout exercice qui vous oblige à trop tourner votre colonne vertébrale ou qui stresse votre dos et votre colonne vertébrale pourrait causer des problèmes. Envisagez soigneusement les exercices à fort impact, comme la course, ou les sports de choc et de torsion, comme le tennis, le squash et le racquetball. Ils pourraient augmenter la douleur dans la colonne vertébrale, les hanches et les genoux.

5. Ne croyez pas que certains sports sont automatiquement interdits. Si vous aimez courir, vous pouvez probablement continuer à courir, mais peut-être pas pendant les poussées. Les progrès réalisés en matière de traitement et de médicaments ont permis à de nombreuses personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante de maintenir leur posture et leur force et de continuer à pratiquer les activités qu’elles aiment, explique le Dr Shamie. Cependant, si votre cou et votre colonne vertébrale sont raides, certaines activités, comme les sports de contact, peuvent augmenter le risque de se casser un os de la colonne vertébrale, selon la National Ankylosing Spondylitis Society. Si vous envisagez de pratiquer un sport de contact ou un autre exercice à fort impact, consultez d’abord votre médecin ou votre kinésithérapeute.

6. Concentrez-vous sur une bonne posture. Comme la spondylarthrite ankylosante affecte principalement la colonne vertébrale, il est essentiel de maintenir une bonne pos ture dans tous vos exercices. La Spondylitis Association of America recommande de faire des contrôles réguliers de la posture : Reculez jusqu’au mur. Placez vos talons et vos fesses contre le mur. Pouvez-vous ramener vos épaules contre le mur ? Pouvez-vous ramener votre tête pour qu’elle touche le mur ? Votre physiothérapeute peut vous recommander des exercices de posture supplémentaires.

7. N’en faites pas trop. Commencez lentement, surtout si vous êtes novice en matière d’exercice ou si vous avez une poussée. L’activité de la maladie fluctue, donc si la douleur et la raideur s’aggravent, relâchez vos activités. Si vous vous sentez bien, vous pourrez peut-être augmenter la fréquence ou l’intensité de vos exercices. Si un exercice provoque plus que de légères douleurs, arrêtez-le et parlez-en à votre médecin.

Faites de l’exercice une partie de votre vie. Et faites participer votre famille et vos amis. La marche est généralement une activité confortable, alors promenez les enfants et le chien. N’oubliez pas de consulter votre médecin et votre kinésithérapeute avant de commencer ou de modifier un programme d’exercices. Ils peuvent vous aider à vous assurer que vous faites tous les exercices en toute sécurité et vous proposer des modifications adaptées à vos besoins.

Lorsque vous faites de l’exercice, vous faites quelque chose de bien pour vous-même. Et il y a de fortes chances que vous vous sentiez bien aussi. Profitez-en !

What's your reaction?

Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0

You may also like

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *