S.E.R.E.T.

Société d'Etudes et de Recherches en Thérapeutiques.

 

BASES

TRAITEMENTS DU SADAM

PROFESSIONNELS ARTICLES

CONGRES ET FORMATIONS

 

  • ARTICLES DE R. FENART

LIVRES

DENTS ET ENFANTS

AUTRES PAGES

Sites a vister

Le  S.A.D.A.M. "ou Syndrome Algo Dysfonctionnel de l'Appareil Manducateur" est le LE SYNDROME DE COSTEN décrit, en 1934, par un O.R.L. américain : (ref bibliographique ; Costen D. Syndrome of ear and sinus symptoms dependant upon disturbedfunction of the TMJ .Amer. Otol. Rhinol. Laryngol. , 1934, 43: 1-15 .).


S.A.D.A.M. ou Syndrome de Costen

Qu'est-ce qu'un syndrome ?

Ensemble de signes, de symptômes, de modifications morphologiques, fonctionnelles ou biochimiques de l'organisme, d'apparence parfois disparate mais formant une entité reconnaissable qui, sans présager obligatoirement des causes de ces manifestations, permettent d'orienter le diagnostic. Pour illustrer cette définition on peut dire que les symptômes présents dans un syndrome, c'est un peu comme au LOTO mais à l'inverse. On peut avoir les tous les numéros (au Loto, c'est une chance), en pathologie c'est une malchance) ou un seul ou quelques uns.

 

Quels sont les symptômes du syndrome de Costen ?

Costen a déterminé les localisations et les symptômes.  

Aux articulations temporo-mandibulaires et à la cavité buccale :

  • - Douleurs, claquements et craquements, limitation de l'ouverture de la bouche.

  • - Ressaut, subluxation.

  • - Sensation de brûlures du nez, de la gorge, des ailes du nez et de la langue.

  • - Troubles salivaires : sécheresse buccale.

  • - Perlèche du coins des lèvres.

Par quels mécanismes ?

Les anomalies de la biomécanique des articulations temporo-mandibulaire et de l'architecture crânio-faciale.

Normalement la mandibule est animée par des mouvements symétriques : ouverture et fermeture de la bouche en un mouvement rectiligne comportant au début une rotation des condyles dans les fosses mandibulaires puis d'une translation au cours de la quelle les condyles sortent des fosses mandibulaire et se projettent en avant avec le disque et de mouvements latéraux de la mandibule au cours desquels les condyles se déplacent en compensation l'un de l'autre (voir à la page biomécanique)
Pour les symptômes faciaux et buccaux ils sont en relation avec l'architecture crânio-faciale et notamment la hauteur faciale inférieure ( à ne pas confondre avec le syndrome de Gougerot-Sjögren)

A la tête :

  • - Signes auriculaires : 

    • - Acouphènes,

    • - sifflements d'oreilles,

    • - tintement,

    • - sensation d'oreille bouchée,

    • - douleurs,

    • - démangeaisons du conduit auditif.

  • - Migraines et céphalées localisées au vertex, à l'occiput et derrière les oreilles.

  • - Vertiges

  • - Sinusite

  • - Troubles visuels.

 

Les symptômes auriculaires doivent être attribués au déséquilibre de la mandibule avec prudence, car leurs étiologies sont multiples et dépendent le plus souvent des O.R.L. Il faut éliminer toutes les autres causes avant des les attribuer au déséquilibre de la mandibule. Essentiellement les causes en seront les appuis du condyle sur la partie postérieure de la fosse mandibulaire comprimant alors la scissure de Glaser et des tensions musculaires au niveau de la trompe d'Eustache.

Les sinusites sont en rapport avec les pressions asymétriques exercées sur les maxillaires par des défaut d'occlusion dentaire ou par une déglutition primaire.

Migraines, céphalées, vertiges sont en rapport avec les déséquilibres mandibulaires transmis au crâne et au rachis cervical supérieur par les muscles digastriques modifient l'équilibre de la charnière crânio-cervicale. Ce qui peut entraîner des irritations du nerf occipital d'Arnold ainsi que des "compressions" de l'artère cervicale qui vascularise le cerveau postérieur, le cervelet et le tronc cérébral. (voir la position de l'axe de rotation de la mandibule axe rotation mandibule)

Enfin les troubles visuels, essentiellement un manque de convergence rapprochée et unilatérale est observée en faisant loucher le patient sur un repaire situé à une distance de 5 à 10 cm de la glabelle.  Le plus souvent ce phénomène se produit du côté de la déviation mandibulaire au cours de l'ouverture buccale. Il s'agit de la tension exercée sur l'orbite et notamment l'os zygomatique, par la tensions du muscle masséter sur l'apophyse temporale de l'os zygomatique.

Au reste du corps

  • - Rachialgies chroniques

  • -  Sciatiques, lombalgies, scoliose de l'enfant.

  • - Tennis elbow, périarthrite de l'épaule

  • - Douleurs musculaires diffuses de type fibromyalgie.

 

Tout le corps est concerné par le déséquilibre de la mâchoire parce qu'il entraîne une modification complète de la posture du corps. En effet tout les systèmes musculaires et aponévrotiques sont suspendu au crâne comme la marionnette suspendue à son croisillon. Les modifications posturales sont en relation avec les systèmes vestibulaires et musculaires. On observe : une position inclinée de la tête avec limitation de la rotation cervicale - une ascension d'une omoplate et d'une aile iliaque.

Ces déséquilibres provoquent des douleurs musculaires et articulaires.

Il faut exclure les atteintes traumatiques, infectieuses et systémiques locales des A.T.M. qui ne sont pas liées à un dysfonctionnement mécanique.


ETIOLOGIES DES DESEQUILIBRES

Il existe une réciprocité parfaite des influences de la mâchoire sur la posture et de la posture sur la mâchoire. Il faut donc déterminer avec certitude les étiologies des déséquilibres.
Pour cela nous avons effectué une reproduction artificielle des déséquilibres.

Mais comment l'équilibre est-il manifesté ?
Simplement par la symétrie des positions et des mouvements du corps, à la manière de l'architecte et de son bâtiment.

L'ouverture buccale est rectiligne la position céphalique est parfaite la ceinture scapulaire est perpendiculaire au fil à plomb La ceinture pelvienne est perpendiculaire au fil à plomb

Créations du déséquilibre mandibulaire par modifications occlusale temporaire et conséquences

Mise en place d'une petite cale molaire droite entraîne de déviation latérale gauche de la mandibule au cours de l'ouverture buccale La tête présente une flexion latérale gauche sur le rachis cervical et une limitation de la rotation cervicale à gauche On observe une ascension de l'épaule et surtout de l'omoplate gauche et un déficit de la force de l'épaule et du bras droit On observe une ascension de l'aile iliaque gauche avec un déficit de l'équilibre sur le pied droit au cours de la translation latérale du corps vers le côté droit
La suppression de la cale molaire droite permet de retrouver une ouverture buccale rectiligne et le retour à l'équilibre global du corps.
création du déséquilibre mandibulaire par modification de la déglutition
En demandant une déglutition salivaire avec interposition postérieure de la langue entre les arcades dentaires. Immédiatement l'ouverture buccale présente une déviation latérale. Apparition immédiate des déséquilibres posturaux constatés lors de la mise en place d'une cale molaire Dans ce type de déglutition la langue n'est plus centrée dans la cavité buccale ce qui implique

La reprise d'une déglutition salivaire normale permet de retrouver immédiatement l'ouverture buccale rectiligne et le retour à l'équilibre parfait du corps

Création du déséquilibre mandibulaire à partir des modifications posturales volontaires du corps. L'ouverture buccale présente une déviation latérale

Par la position de la tête sur le rachis cervical
- une légère flexion latérale gauche de la tête entraîne immédiatement une déviation gauche de l'ouverture buccale homolatérale de la mandibule au cours de l'ouverture
Par la position de la tête sur le rachis cervical : une légère rotation gauche de la tête entraîne immédiatement une déviation droite de la la mandibule au cours de l'ouverture par la position de la ceinture scapulaire : une ascension de l'épaule gauche entraîne immédiatement une déviation gauche de l'ouverture buccale homolatérale de la mandibule au cours de l'ouverture Par la position du bassin : la mise en place d'une talonnette de 5mm sous le pied gauche entraîne immédiatement une déviation gauche de l'ouverture buccale homolatérale de la mandibule au cours de l'ouverture

Il existe bien une liaison étroite entre toutes les parties du corps et une réciprocité parfaite des influences de tous les éléments. C'est la

Les causes de ce syndrome doivent être diagnostiquées dans un ordre immuable afin d'éviter toute erreur de diagnostic.

J.M. Landouzy a déterminé un ordre d'examen qui permet d'effectuer un diagnostic et établir un traitement.
Il faudra donc, au cours du premier examen clinique, rechercher :

  1. Les troubles de la posture générale du corps. Nous verrons, qu'expérimentalement, chez un sujet parfaitement équilibré, une modification de la posture, modifie la biomécanique mandibulaire.

  2. Les fonctions oro-faciales et, en particulier, la déglutition salivaire.

  3. L'occlusion dentaire qui est souvent considérée, à tort, comme étant la seule cause du déséquilibre temporo-mandibulaire.

  4. L'architecture crânio-faciale qui est souvent ignorée au cours de l'examen. Et pourtant son influence sur les articulations temporo-mandibulaires est importante. Combien avons nous rencontré de différence de longueur des ramus mandibulaires qui avaient été ignorées des praticiens.


La diversités des causes du syndrome de Costen nous a obligé à déterminer 4 types de pathologies pour mieux définir des étiologies et des traitements étiomogiques.

  1. Pathologie ascendante : déséquilibre mandibulaire en rapport avec un déséquilibre postural (inégalité des membres inférieurs - dérangements intervertébraux et pelviens). Le traitement du déséquilibre postural supprime tous les symptômes et notamment la limitation mécanique et douloureuse de l'ouverture buccale. Elle ne présente pas les signes d'une déséquilibre mandibulaire liés à la déglutition, à l'occlusion ou à l'architecture crânio-faciale. Le traitement ostéopathique suffit

  2. Pathologie ascendante mixte : c'est une pathologie ascendante qui, après son traitement, ne fait pas disparaître tous les symptômes et révèle la présence de signes d'une déséquilibre mandibulaire liés à la déglutition, à l'occlusion ou à l'architecture crânio-faciale. Le traitement ostéopathique sera suivi du traitement de la déglutition, de l'occlusion et le l'architecture crânio-faciale selon les examens cliniques et paracliniques effectués.

  3. Pathologie descendante : Déséquilibre mandibulaire avec présence, d'emblée, des signes d'une déséquilibre mandibulaire liés à la déglutition, à l'occlusion ou à l'architecture crânio-faciale. Le traitement de la déglutition, de l'occlusion ou de l'architecture crânio-faciale supprime tous les symptômes. Le traitement de la déglutition, de l'occlusion et le l'architecture crânio-faciale suffit.

  4. Pathologie descendante mixte : (les plus nombreuses) Déséquilibre mandibulaire dont le traitement des étiologies de déglutition, d'occlusion et d'architecture crânio-faciale, ne permet pas de guérir tous les symptômes car le déséquilibre postural se maintient. Le traitement de la déglutition, de l'occlusion et le l'architecture crânio-faciale est toujours précédé du traitement ostéopathique.

Ce qui se trouve sur ce site est la propriété du S.E.R.E.T ne peut être copié ou utilisé sans autorisation écrite.

POUR NOUS CONTACTER  nous avons changé de mail : seretmedecine@gmail.com

En raison des spams qui nous sont envoyés par centaines nous ne mettons plus de lien direct sur l'adresse.
Il suffit de la recopier dans votre messagerie. 

Pour tout renseignement par courrier nous demandons de joindre à votre courrier
une enveloppe affranchie pour la réponse et le retour des documents. Adressez votre courrier à :

S.E.R.E.T. 310, rue Solferino 59000 LILLE. FRANCE

Webmaster : Jean-Marie LANDOUZY - ostéopathe - 310, rue Solferino 59000 LILLE FRANCE