S.E.R.E.T.

Société d'Etudes et de Recherches en Thérapeutiques.

 

BASES

TRAITEMENTS DU SADAM

PROFESSIONNELS ARTICLES

CONGRES ET FORMATIONS

 

  • ARTICLES DE R. FENART

LIVRES

DENTS ET ENFANTS

AUTRES PAGES

Sites a vister

bases > mon-sadam

DIAGNOSTIC

Comment faire un diagnostic des causes du syndrome ?

Il est très difficile de faire un diagnostic précis soi-même parce qu'il est difficile d'être objectif lorsque l'on s'examine.
Essayons de vous aider à mieux comprendre les causes de votre maladie.
Comme nous le répétons depuis toutes ces pages, il faudra utiliser une méthodologie précise.

HISTORIQUE

1° En premier lieu essayez de trouver le ou les événements qui ont précédé le déclenchement de vos symptômes ?
            Rechercher un soin dentaire, la pose d'une prothèse, la fin d'un traitement d'orthodontie, mais aussi une chute, un traumatisme corporel (coup du lapin au cours d'un accident de la route), entorse etc.
2°  Faire l'inventaire des symptômes que vous ressentez.
            Localisation des douleurs : aux articulations temporo mandibulaires, migraines, douleurs rachidiennes chroniques etc.
            La chronicité et le manque de réponse des symptômes aux différents traitements est un signe qui ne trompe pas dans le syndrome de Costen.

EXAMEN DE LA POSTURE ET DE L'OUVERTURE BUCCALE

1° Placez-vous face a une grande glace et observez votre posture :
        Avez-vous l'impression d'être équilibré par rapport au fil à plomb ?
                a - Comment se comporte votre bassin ?
                        Vous semble-t-il parfaitement horizontal ?
                        Placez vos mains, poignets en extension à 90°, de manière que ce soit le côté de vos index qui se posent sur les os, sur les hanches, au niveau des grands trochanters des fémurs, et regardez si vous avez une main plus basse que l'autre. Vous^pouvez avoir recours à un parent qui regarde la hauteur de vos plis fessiers et qui pose ses mains sur vos hanches.
                        En général le déséquilibre des articulations temporo mandibulaires se traduit, au niveau de la posture, par une translation du corps vers un côté.
                b - Comment se comportent vos épaules ?
                        Vous semblent-elles parfaitement horizontales ?
                        En général le déséquilibre des articulations temporo mandibulaire se traduit, au niveau de la posture, par une ascension d'une épaule et si on regarde le sujet de dos on note une omoplate plus haute.

2° Approchez vous de la glace pour examiner l'ouverture de la bouche.

                    En prenant comme point de repères, soit le bout du nez et la pointe mentonnière, soit, en découvrant les dents par un large sourire, la ligne entre les incisives centrales maxillaires et mandibulaires.
            a - L'ouverture de la bouche est-elle rectiligne ?
                    Se produit-elle sans bruit et avec une amplitude suffisante pour vous permettre d'aller manger dans un Mac Do ?
                    Si vous avez une déviation latérale de la pointe mentonnière et de la ligne inter incisive de mandibulaire est-elle du côté de l'épaule haute ou de l'autre côté ?


            b - Si vous avez un craquement au niveau des articulations temporo mandibulaires.

                    Noter si le craquement et unilatéral ou bilatéral. Retenez si le craquement s'effectue du côté de la déviation de votre menton ou de l'autre côté.
                    A quel moment il se produit :
                            au début du mouvement d'ouverture, au milieu, en fin d'ouverture.
                            Le moment du craquement vous donnera à renseignements précieux sur la gravité de la luxation du disque articulaire.
                            En début le disque se trouve être en début de luxation,
                            Au milieu le disque se trouve un peu plus en avant (la luxation est plus sévère),
                            En fin d'ouverture (la luxation est certainement ancienne et le disque se trouve beaucoup plus en avant.

Si vous avez trouvé un décalage du bassin qui peut être une vraie jambe courte, vous pouvez essayer de mettre une compensation sous le talon de la jambe qui vous semble courte.

Pour tester si la talonnette sera bénéfique vous pouvez utiliser le test suivant :

Sans talonnette : penchez vous en avant en appréciant ou en mesurant la distance bout de vos doigts et sol. Puis en étant redressé, tournez la tête d'un côté et de l'autre en appréciant la vision postérieure que vous avez. Appréciez votre ouverture buccale : amplitude et rectitudede l'ouverture.

Avec talonnette : refaites les mêmes mouvements. Vous devez, si la talonnette est justifiée, avoir une amélioration des amplitudes de mouvement et une ouverture buccale plus droite. (en cas d'inégalité de longueur des membres la déviation latérale de la mandibule se produit du côté de la jambe longue {si elle est seulement due à la différence de longueur des jambes}. 

Si vous avez trouvé que la talonnette est utile, vous la conservez sous le talon pour la suite de votre examen.

3° Approchez vous de la glace pour examiner votre déglutition salivaire.

La déglutition joue une rôle très important dans l'équilibre des articulations temporo-mandibulaires. Nous avons pu le prouver scientifiquement.

En premier lieu, en restant devant la glace, avaler votre salive en regardant votre mimique. Normalement vous devez déglutir la salive en maintenant les dents serrées et les lèvres jointes. Si vous voyez apparaître un mouvement de la mandibule ou des lèvres au cours de cette déglutition vous avaient, vraisemblablement, ce que nous appelons une déglutition primaire. C'est-à-dire que, au moment où vous avalez votre salive, votre langue ne se trouve pas centrée dans la cavité buccale, ces bords venant au contact des collets des dents postérieures mais entre les arcades dentaires. Dans ce cas il sera nécessaire d'effectuer un test de déglutition et de voir l'influence de la modification de cette fonction sur l'équilibre de la mandibule.

Le test de la déglutition s'effectue en vous assurant que les dents postérieures (molaire et prémolaires) sont bien en contact les unes avec les autres et qu'il n'existe pas d'espace ouvert entre incisives et canines maxillaire et mandibulaires. En maintenant cette position vous effectuez l'une déglutition salivaire. si vous éprouvez une certaine difficulté à avaler la salive en maintenant cette position c'est que vous n'avez pas l'habitude de déglutir dans cette position. Il vous faudra donc regarder l'influence de votre déglutition sur l'équilibre de votre mandibule.

Vous avez pu ressentir :
- une légère difficulté à déglutir dents serrées et lèvres jointes, vous êtes en stade 1 de dysfonction
- ou il a fallu forcer pour arriver à avaler la salive en maintenant cette position, vous êtes en stade 2
- ou encore vous n'avez pas pu déglutir en maintenant cette position, vous êtes en stade 3.

Si vous n'avez pas pu déglutir vous êtes en stade 3. Dans ce cas, adressez-vous à un ostéopathe compétent qui pourra traiter votre déglutition salivaire comme indiqué dans la page La déglutition salivaire.

Avant le test de la déglutition vous aurez noté si votre mandibule présente une déviation latérale au cours du mouvement d'ouverture. Après le test de la déglutition vous avez regardé si la mandibule conserve une déviation latérale au cours du mouvement d'ouverture. On peut se trouver devant plusieurs cas de figure :

  1. La déviation latérale de la mandibule au cours de l'ouverture buccale disparaît après une déglutition salivaire en position normale.
    •  Dans ce cas vous en déduirez que la déglutition primaire est responsable du déséquilibre de votre mandibule. Et comme pour le trouble postural il faudra, avant tout autre traitement, mettre en place une déglutition salivaire normale pour permettre à vos muscles de retrouver un équilibre et à la mandibule de récupérer une biomécanique normale.
  2. La déviation latérale de la mandibule au cours de l'ouverture buccale se maintient et s'effectue avec la même amplitude du même côté.
    • Dans ce cas vous allez en déduire plusieurs choses : votre mandibule est victime de 1 ou de 2 causes de déséquilibre. il existe un déséquilibre de l'occlusion dentaire qui va entraîner une perturbation du mouvement mandibulaire. Ce déséquilibre peut être seul ou accompagné d'un déséquilibre lié à la déglutition salivaire. Les deux déséquilibres agissants de la même manière.
  3. La déviation latérale de la mandibule au cours de l'ouverture buccale change après une déglutition salivaire normale.
    • Dans ce cas vous allez en déduire que votre mandibule est victime de de déséquilibre agissant a contrario l'un par rapport à l'autre. la déglutition salivaire entraîne une déviation latérale gauche (par exemple) alors que l'occlusion dentaire, après disparition du déséquilibre lié à la déglutition entraîne une déviation latérale droite de la mandibule au cours de l'ouverture buccale.

Mettre une gouttière qui, par son épaisseur dans la cavité buccale, sera une gène pour la langue tant dans la fonction de déglutition que dans la phonation, sans corriger la déglutition est une cause fréquente d'échecs des traitements par gouttière. (voir le cahier des charges de la gouttière)

3° Mon occlusion dentaire.  

A ce stade de l'examen il faut déterminer la place qu'occupe le déséquilibre mandibulaire en relation avec l'occlusion dentaire. Nous avons supprimé les deux premières causes de déséquilibre. Si tout déséquilibre est disparu c'est-à-dire que l'ouverture buccale rectiligne, d'une amplitude normale, avec une posture céphalique, cervicale, et scapulaire normale, notre occlusion dentaire n'est pas en cause. Par contre s'il reste des symptômes et des anomalies biomécaniques il faudra tester notre occlusion dentaire. Pour cela, après avoir noté le côté de la déviation mandibulaire il faut placer une épaisseur de papier de 2 ou 3 millimètres du côté où la mandibule dévie lors du mouvement d'ouverture. Après avoir serré les dents sur cette cale pendant quelques secondes, ouvrir la bouche et regarder l'amplitude et la qualité de l'ouverture. Comparer les douleurs ressenties au cours de ce mouvement et la déviation de la mandibule par rapport à celle constatée quelques minutes avant la pose de la cale.

Si les symptômes sont améliorés, l'utilité de la gouttière semble être confirmée. Elle devra obligatoirement respecter un cahier des charges beaucoup plus contraignant que ce qui vous a servi à faire le test.

Cet examen est celui que nous réalisons en face de chaque cas de dysfonction temporo-mandibulaire. Il est incontournable et indispensable pour établir un bilan exact des différentes causes qui sont à l'origine de la maladie. Les traitements de chaque cause diagnostiquée seront effectués dans le même ordre. Cet ordre est immuable et son respect est la garantie du succès des traitements.

4° L'architecture crânio-faciale.

Pour cette partie il vous sera impossible d'en faire l'examen et de le tester. Il faudra laisser ce soin à votre praticien en odontologie (dentiste ou orthodontiste). si vous disposez de radiographie il vous sera néanmoins possible de les regarder et de voir comment se positionnent les os et les dents sur le panoramique par exemple.

Participer au diagnostic et au traitement de sa maladie est indispensable. Si vous avez bien compris ce qui a déclenché votre maladie, vous serez plus à même de participer à votre traitement et collaborer avec votre équipe thérapeutique. Celle-ci, de son côté doit vous comprendre, vous aider et vous soutenir si les douleurs sont importantes.

Voilà brièvement exposé l'aide au diagnostic des causes de votre maladie. En sachant qu'il faut quand même avoir une certaine formation médicale et fonctionnelle. Il appartiendra aux praticiens que vous consulterez de confirmer ou d'infirmer les causes éventuelles de votre maladie.

En aucun cas il ne faudra accepter la notion de cause psychologique. Le syndrome de Costen n'a aucun rapport avec votre psychologie. Simplement les symptômes peuvent en être aggravés par un serrement des dents permanent. La mandibule et les dents participe à l'effort et au stress, de ce fait la contraction permanente des muscles manducateurs aggrave le déséquilibre est par conséquent les symptômes.


Ce qui se trouve sur ce site est la propriété du S.E.R.E.T ne peut être copié ou utilisé sans autorisation écrite.

POUR NOUS CONTACTER  nous avons changé de mail : seretmedecine@gmail.com

En raison des spams qui nous sont envoyés par centaines nous ne mettons plus de lien direct sur l'adresse.
Il suffit de la recopier dans votre messagerie. 

Pour tout renseignement par courrier nous demandons de joindre à votre courrier
une enveloppe affranchie pour la réponse et le retour des documents. Adressez votre courrier à :

S.E.R.E.T. 310, rue Solferino 59000 LILLE. FRANCE

Webmaster : Jean-Marie LANDOUZY - ostéopathe - 310, rue Solferino 59000 LILLE FRANCE